Artistes

Véronique Durazzo Tordjeman

est plasticienne, professeur d’Arts Plastiques au Lycée privé Jean XXIII à Reims.
Elle a une maitrise d’esthétique et science de l’art de de l’université de Paris 1 Sorbonne et dix années de pratique à l’ESAD de Reims ou elle a également enseigné. Elle est certifiée en Arts Plastiques et Arts visuels et enseigne actuellement au Lycée à Reims en section Arts Plastiques. Elle a une volonté depuis plusieurs années d’enseigner les nouvelles technologies et la vidéo à ses élèves de lycée. Elle a formé durant dix ans les professeurs des écoles, en région Champagne Ardennes. Elle est co-fondatrice de l’association AQUA FORTE en 1999 dont elle fut la présidente. Elle fut aussi la présidente de l’exposition «Intaglio» en partenariat avec les services culturels de la ville de Reims, la Drac, la Région Champagne Ardennes, manifestation qui invite le public à découvrir la gravure comme patrimoine matériel et immatériel dans l’étendue de ses pratiques, un art traversé aujourd’hui par les recherches contemporaines, durant 18 mois en 2007-2008. Elle est graveur et a exposé dans des galeries parisiennes, Rémoises, et en Allemagne. Sa pratique aujourd’hui est orientée vers l’installation.

« La poésie la musique, la peinture, furent le terreau de ma rêverie. A Paris, à l’université, j’étudiais les correspondances entre langage littéraire et langage pictural. Plus tard à l’ESAD de Reims, je découvris la gravure, moyen d’une écriture palimpseste. La gravure, de part sa technique invite au ralentissement du temps: Pierre Courtin disait «Je grave un centimètre par jour », elle est le lieu de l’élaboration du déploiement de la pensée. Ce qui m’apparut de l’impression de la plaque sur le support fut à la fois l’affirmation par « le foulage» de la surface de la matrice gravée ainsi que le passage matériel et symbolique d’un espace qui émerge du blanc du papier. Je retrouvais dans la photographie et la vidéo cette analogie. » je travaillais aussi en collaboration avec un photographe sur l’autoportrait, chacun s’appropriant les chutes de l’autre, les fragments destinés à la poubelle, c’est alors que je fis l’expérience de ce que Roland Barthes dit à propos de la photographie: « La photographie représente ce moment très subtil où, à vrai dire, je ne suis ni un sujet ni un objet, je vis alors une micro expérience de la mort » La chambre claire, Seuil, 1980.
Les photographies d’alors avaient été prises dans des miroirs anciens au mercure et servaient de support d’impression à la plaque gravée. Aussi lors de la rencontre avec Didier Ducrocq et alors que nous travaillons sur des portraits vidéo en 2016, l’idée nous est venue de les projeter dans ces miroirs , à nouveau cette micro expérience de la mort s’imposait à nous engendrant une suite de quatre autres pièces. La photographie et l’art vidéo se dotaient d’une capacité mémorielle proche des rites funéraires comme des ex-voto.

Depuis nous explorons dans notre démarche artistique cette capacité mémorielle, dans le traitement sonore, dans les objets récupérés et tout autre moyen plastique. »


Didier Ducrocq – www.didierducrocq.fr

Compositeur, musicien, artiste vidéo, créateur sonore.

Didier Ducrocq est artiste et technicien, musicien diplômé de fin d’étude de formation musicale du CRD de Calais où il a étudié le piano, l’harmonie, l’orgue, la contrebasse et la musique improvisée.

Il a étudié la musique improvisée au CIM à Paris et s’est produit au sein de plusieurs formations jazz, rock, pop partout en France (à Paris au Sunset, Baiser Salé, Duc des Lombards, Divan du Monde, Réservoir…). Il a réalisé et arrangé plusieurs albums de styles musicaux éclectiques, classique, rock, world music …

Il a travaillé également en tant que monteur, réalisateur vidéo, ingénieur du son, régisseur son et vidéo sur des spectacles, pour le théâtre (Chêne Noir à Avignon, BMK de Nanterre…) , la télévision (France 24, Sénat…).

Il compose aujourd’hui pour le théâtre et crée des installations sonores et visuelles.
Il réalise également des enregistrements, arrangements, mixage et mastering dans le studio des 2 Ateliers à Reims (albums (Nandi, métissage de la musique traditionnelle de l’Inde du sud et du jazz, mixage son multiphoniques pour le théâtre (Cie Yokaï, Cie l’Ensemble à Nouveau), où il dispense également des cours de musique assistée par ordinateur, de vidéo, de découverte et perfectionnement des logiciels de création numérique, Isadora, Pure data, Madmapper, Logic proX, Ableton Live, … et des principes capteurs/actionneurs pour les installations interactives. Il accompagne bénévolement des élèves en arts plastiques de différents lycées dans la réalisation de vidéos artistiques pour les épreuves obligatoires et/ou facultatives du baccalauréat.

Il fait partie de la Compagnie L’Ensemble à Nouveau avec la metteur en scène Katia Ponomareva à Paris et en région PACA et du collectif Les 2 Ateliers à Reims.

Le travail de l’image vidéo et sa culture musicale l’ont mené depuis plusieurs années vers les arts visuels et particulièrement l’installation, vidéo, cinétique et sonore. Après un apprentissage en autodidacte et plusieurs formations (Mains d’œuvres Saint Ouen, Cifap Montreuil) des différents outils numériques, il a fait quelques expositions à Paris. Il a également proposé plusieurs ateliers de création numérique Graphimom pour les enfants à Paris (« Mom’artre » Paris…).

De la rencontre avec Véronique Durazzo Tordjeman est né le désir d’échange et de partage des connaissances, des expériences et la volonté d’un travail artistique hybride.

« Je suis depuis longtemps un observateur contemplatif. J’ai d’abord vécu à la campagne, et je me souviens des heures à observer la marre, allongé, immobile, calme, sur un pont de bois formé par une vielle planche. Des heures d’observations à tenter de comprendre cette vie complexe. Plus tard j’ai émigré, vers la ville, le Paris qui me fascine tout autant, ou je peux aussi m’adonner à ce jeu d’observations, presque invisible.
Je passe aujourd’hui toujours plus de temps à observer, entendre, contempler, écouter, comprendre, et tente de partager mes questionnements, mes doutes, mes découvertes par la création d’installations visuelles, cinétiques, sonores et poétiques ».