Les 2 Ateliers

Art Contemporain

Résurgence


Installation vidéo, cinétique et sonore, composée des quatre pièces : Correspondance, Eau Forte, Signal et Élégie.
Véronique Durazzo Tordjeman – Didier Ducrocq – 2016

A bénéficié de l’Aide à la création en arts visuels 2016 de la Région Grand Est.
Résidence de création à La Fileuse, friche artistique de Reims, janvier à avril 2016.

Montage teaser de la version intégrale (37 minutes) de la captation vidéo de l’installation.

« Ce n’est pas mon histoire, mais c’est ma mémoire »
Un spectateur

Cette installation in situ a été conçue par Véronique Durazzo Tordjeman et Didier Ducrocq pour une exposition à La Villa Douce à Reims les 30 avril et 1er mai 2016, durant une résidence à la Fileuse, friche artistique de Reims, de janvier à avril 2016.

Des images, des sons tentent de s’incarner tour à tour dans une forme artistique qui reconfigure une analogie entre le temps qui se fait et la matière qui se défait.
Des objets oubliés, corrodés, tiennent lieu de supports aux images, traces d’une mémoire révélée. Chaque événement sonore ou visuel, choisi ou né du hasard, fait naître de nouveaux possibles.

Ces multiples installations sont liées les unes aux autres, synchronisées, visuellement et sonorement. Chacune propose un univers différent, un espace ontologique, jouant sa « partition » comme absente à l’univers des autres. Cependant, elles participent individuellement et ensemble à un questionnement sur le sens de l’existence.
Simultanément ou en alternance, ces installations connexes forment une installation unifiée, un vaste théâtre sonore, un concert visuel. Elles offrent au regardeur des lectures multiples, des points de vue sensoriels et culturels et invitent à une traversée mémorielle, intime et collective, dans un » environnement » où l’espace sonore et visuel de l’œuvre, du lieu se confondent avec l’espace du spectateur.

Scénographie
Le son de cette installation est diffusé depuis le centre de l’espace d’exposition, ainsi en est il des vidéoprojections. Autour de ce centre, quatre installations sont situées à chaque extrémité des médiatrices du carré formé par la structure de l’espace d’exposition. La lumière, sous forme de lampes incandescentes à filament participe à la scénographie.
Le rapport au temps d’exposition – Le Temps de l’œuvre / Le Temps du spectateur
Cette installation est présentée sous la forme d’une boucle sonore et visuelle de 37 minutes.

autres créations